OBELIX : Justin Trudeau s’entête et fait la sourde oreille

Lévis (Québec), le 14 décembre 2017 – Steven Blaney, député de Lévis, Bellechasse et Les Etchemins, interpelle Justin Trudeau lors de la période de questions face à son inaction dans le dossier d’un deuxième navire de ravitaillement pour la Marine royale canadienne.

 

« Avec les retards importants dans la stratégie navale et la mise hors service du Preserver et du Protecteur, même le ministre de la Défense reconnaît qu’il y a un grave écart opérationnel. Son secrétaire parlementaire réclame l’Obélix. C’est même dans la lettre de mandat du Premier ministre à sa ministre de maintenir la capacité de la flotte en haute mer. C’est même dans sa politique libérale de la défense dans la page 35. Cela prend deux navires: l’Astérix et l’Obélix. Quand le Premier ministre va-t-il faire passer la sécurité nationale avant tout et commander l’Obélix au Chantier Davie de Lévis avant les fêtes? », a questionné le député.

 

En réponse à la question du député de Lévis, Bellechasse et Les Etchemins, le Premier ministre Trudeau a répondu que : « Il est important de rappeler que les besoins en approvisionnement en navires pour la Marine et la Garde côtière ont fait l’objet d’une étude approfondie et rigoureuse. Ils font l’objet d’une planification à long terme qui ne comprend pas, pour le moment, de deuxième navire de ravitaillement. Cela ne fait pas partie d’un besoin identifié. Notre gouvernement ne planifie pas d’acheter ou d’obtenir les services d’un deuxième navire de ravitaillement pour le moment. »

 

« Comment le Premier ministre peut-il lire ses platitudes et nier le besoin pressant pour la Marine royale canadienne de l’OBELIX? C’est méprisant pour nos femmes et hommes en uniforme et un grand risque pour notre sécurité nationale », a déclaré Steven Blaney.

 

« Alors qu’il se complaît dans les souhaits du temps des Fêtes, l’attitude du Premier ministre Trudeau à l’égard des familles des travailleuses et des travailleurs du chantier est méprisante et décevante alors qu’il fait régner l’incertitude, » a conclut le député.

 

-30-